Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Enfants du Rio

Enfants du Rio
Vidéo
Illustration
Description

En 1999, Olivier de Metz cherche à s’investir dans un projet humanitaire. Il rencontre à Lima un pasteur péruvien qui le confronte au phénomène des enfants des rues. Pendant 7 mois, il se met à l’écoute :
Des enfants, pour mieux comprendre leur situation et tisser avec eux des liens de confiance.
Des pouvoirs publics et des ONG locales pour vérifier la complémentarité de son projet avec les initiatives existantes.

De cette phase de réflexion, il ressort alors clairement :
Que les enfants souffrent du regard négatif que la société porte sur eux et de l’absence de relation durable et saine avec leur famille.
Que des institutions et des foyers existent à Lima mais que les enfants n’y vont pas ou n’y restent pas, parce que leur seule volonté est souvent bien trop faible pour résister durablement aux tentations de la rue et que ces institutions ne leur donnent pas les moyens de se construire un projet de vie.

Les causes du phénomène des enfants des rues sont bien plus profondes et plus complexes. Elles mêlent des facteurs à la fois économiques, sociaux et psychologiques. La réinsertion des enfants implique donc, un accompagnement humain dans la durée, seul susceptible d’appréhender chaque enfant avec son histoire, son parcours et ses aspirations.
C’est sur la base de ce constat, qu’ont été définis les contours de notre action en 2000 lors de la création de l’association. Pour que nos projets prennent une dimension réelle, l’association jumelle Niños del Rio a été créée en 2000 à Lima avec une équipe locale à temps plein.

Actions menées

A Lima, comme dans beaucoup de grandes villes du monde, des centaines d'enfants vivent complètement livrés à eux-mêmes. Ils ont fui leur foyer (violence, pauvreté, délits…) pour trouver refuge dans la rue. Regroupés dans différentes zones de Lima, dans des conditions d’hygiène catastrophiques, ils sont connus sous le vocable peu flatteur de "piranhas". Ils vivent de petit larcins qui leurs permettent de se nourrir, mais surtout de se procurer de la drogue, et tentent ainsi de s'échapper et d'oublier leur détresse. Ils se cachent de la police qui effectue régulièrement des rafles (les "batidas") et les chassent du centre-ville.

Rien n’est plus fragile que la vie de ces enfants, rejetés par la société, blessés dans leur estime d’eux-mêmes, affaiblis par les maladies et la dépendance à la drogue.

38 Boulevard Henri IV, 75004 Paris, France